AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'argent au moyen age

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Boeuf Liégeois
prédicateur/trice
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 32
Localisation : Namur
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: L'argent au moyen age   Mar 21 Aoû - 13:13

Voici un article sur l'argent au moyen age. Cette première partie explique le prix des choses au moyen age. La deuxième partie parlera des salaires au moyen age.

Le logement et la restauration

Pension complète journalière dans une auberge à Rouen : 5 deniers (en 1456) (à ce tarif là, il s'agit vraisemblablement d'un infâme bouiboui)
1 repas dans la même auberge : 2 deniers (en 1456)

Loyer annuel d'un deux-pièces en assez mauvais état : 4 livres (en 1464) (ce qui n'est pas cher, mais c'est le genre débarras plein de gravats et de rats crevés que le locataire doit nettoyer avant de pouvoir s'installer)
Loyer annuel d'une petite maison sans confort : 5 livres

Le mobilier, l'équipement, le matériel...

1 tonneau de pierre calcaire : 1 livre, 5 sols (mais il faut prévoir en plus le transport et le déchargement, soit 2 sols, 6 deniers pour une distance de 656 kilomètres par voie d'eau, le transport par la route étant plus lent et plus cher)

100 ardoises (transport compris) : 12 sols, 8 deniers.
100 tuiles (transport comprit) : 3 sols
1000 clous : 15 sols

Montage d'une grande grue de chantier, matériaux, manutention et fabrication compris : 32 livres, 10 sols, 4 deniers (en 1468)

1 petite statue de 40-50 centimètres : 25 sols (soit 5 jours de travail pour un 'imaigier' hautement spécialisé)

1 lutrin à ranger les livres : 40 sols.

1 livre d'ocre rouge (colorant commun) : 10 deniers
1 livre "d'ynde fin" (pigment de luxe de couleur jaune) : 10 sols


Parenthèse pour la suite

1 once = 30,6 grammes
1 livre = 0,459 kilos

Pain et céréales

1 demie (12 onces) : 1/2 denier
1 denrée (16 onces) : 1 denier
1 doubel (24 onces) : 2 deniers
1 petit pain blanc : 8 deniers (en juillet 1419)
1 pain pour 1 personne : 2 deniers (en juin 1448)
1 pain pour 1 personne : 2 doubles : 4 deniers (en mai 1449)

180 livres de blé : 16 sols (en mai 1449)
180 livres de seigle : 3 sols (en mai 1449)

Beurre, lait et fromage

1 livre de beurre salé : 64 deniers en novembre 1417, 24 deniers en 1418, de 112 à 144 deniers en avril 1419, 80 deniers en novembre 1437, 8 deniers en 1449.

1 livre de beurre : de 88 à 96 deniers en mai 1418, 48 deniers en juillet 1418, 224 deniers en aout 1421, 8 deniers en juin 1448.

1 fromage de brebis : de 17 à 18 deniers
1 fromage : de 36 à 48 deniers en novembre 1415, de 4 à 5 deniers en mai 1449
1 petit fromage : de 100 à 120 deniers en octobre 1418
1 petit fromage blanc : de 60 à 70 deniers en avril 1418, de 20 à 40 deniers en mai 1432
1 grand fromage : 6 deniers (en juin 1448)
1 pinte (0,94 litre) de lait : de 10 à 12 deniers (en septembre 1419)

huile et graisse

1 pinte d'huile = 12 sols = 144 deniers en avril 1421 ; = 16 sols = 196 deniers en août 1421 ; 5 blancs = 45 deniers en mai 1441.

1 pinte d'huile d'olive = 6 sols = 72 deniers en janvier 1419.

1 pinte d'huile de noix = de 6 à 8 sols = de 72 à 96 deniers (en mars 1419) ; = 6 sols = 72 deniers en mai 1430.

1 livre de saindoux = 12 blancs = 120 deniers en janvier 1419 ; de 4 à 5 sols = de 48 à 60 deniers en septembre 1419.

Miel

1 pinte (0,94 litre) = 2 blancs = 20 deniers en mars 1437.

Sel

1 setier (150 litres) = 72 sols en octobre 1417.
1 boisseau (13 litres) = 22 sols en février 1440.

Oeufs

1 oeuf = 2 deniers en septembre 1418 ; 1 blanc=10 deniers en avril 1419 ; 3 blancs = 30 deniers en août 1421 ; 2 deniers en octobre 1429.

5 oeufs = 2 blancs = 20 deniers en avril 1436.

25 oeufs = 12 deniers en novembre 1428 ; 8 deniers en mai 1449.

Boissons

1 pinte (0,94l)de vin :

2 deniers en novembre 1415 ;
4 sols = 48 deniers en août 1421 ;
1 denier en septembre 1424 ;
6 deniers en mai 1445 ;
de 10 à 12 deniers en septembre 1446 ;
6 deniers en juin 1447 ;
2 deniers en juin 1448 ;
2 doubles = 4 deniers en mai 1449.

1 pinte de petit vin :

6 deniers en juillet 1418 ;
de 2 à 3 blancs = de 16 à 24 deniers en septembre 1418 ;
8 deniers en septembre 1427 ;
3 blancs = 24 deniers en février 1435.

1 pinte de vin moyen :

12 deniers en septembre 1428.

1 pinte de bon vin :

1 denier en juillet 1414 ;
6 deniers en septembre 1430 ;
6 blancs = 60 deniers en septembre 1430 à Rouen;
2 doubles = 4 deniers en juillet 1447.

1 setier (150l) de vin : 16 blancs = 160 deniers en septembre 1446 à Paris.

Au 15e siècle, la consommation annuelle moyenne de vin à Tours est de 150 à 180 litres par habitant.
(note perso : ca ferait une moyenne de 41cl à 49cl par jour)

Epices et produits exotiques

1 livre (0,459kg) d'anis confit
1 livre de sucre
1 livre de citron
...> 16 sols en 1423

La cannelle, le clou de girofle, la noix de muscade sont onéreux.
L'ambre, le benjoin, le camphre, l'indigo, le musc, l'opium, le santal se vendent à prix d'or.

Fruits

1 livre d'amande : 5 sols en mars 1420

1 livre de cerises :
2 deniers en juin 1426 ;
1 denier en 1436.

1 livre de figues :
5 sols en mars 1420 ;
4 deniers en avril 1442.

100 noix :
16 deniers en janvier 1419;
4 deniers en juillet 1440;
2 deniers en aout 1443;
4 blancs : 40 deniers en septembre 1446.

1 setier (180 livres) de noix :
40 deniers en novembre 1438 ;
288 deniers en mai 1441.

100 pêches : 2 deniers en juillet 1440.

25 poires :
4 sols : 48 deniers en octobre 1418;
4 deniers en juillet 1440;
6 deniers en novembre 1446.

25 pommes :
16 deniers en janvier 1419;
2 sols : 24 deniers en octobre 1418;
7 blancs : 70 deniers en mars 1437;
2 doubles : 4 deniers en aout 1443.

100 prunes :
1 denier en juillet 1427;
7 deniers en juillet 1440.

1 livre de raisins : 5 sols : 60 deniers en mars 1420.

1 livre de raisins secs : 4 deniers en avril 1442.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.leboeufliegeois.com
Le Boeuf Liégeois
prédicateur/trice
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 32
Localisation : Namur
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: L'argent au moyen age   Mar 21 Aoû - 13:20

Voici la deuxième partie de l'article.

Un manoeuvre non qualifié gagne 2 sols 6 deniers par jour, ce qui correspond exactement à la valeur du "gros" d'argent. Il reçoit donc chaque jour une unique grande pièce blanche, qu'il s'agit de ne pas perdre. La modicité de ce salaire est compensée par la sécurité de l'emploi et par divers avantages en nature.

Un ouvrier spécialisé ou un artisan peut prétendre à des gages compris entre 3 et 5 sols quotidiens, ce qui met l'heure de travail aux alentours de 4 deniers.

Le domestique d'un grand personnage ne touche pas forcément d'avantage : Regnaud Thierry, premier chirurgien du Dauphin Charles, touche ainsi, en 1421, 62 livres 8 sols pour 180 jours de service continu, ce qui lui fait un revenu d'environ 5 sols par jour.

Les informations sur les salaires féminins ne sont pas très nombreuses.
Citons Jehanne Joly, placée à l'âge de 15 ans comme servante dans une rotisserie et gagnant misérablement 2 francs (2 livres) par an, soit 2 deniers par jour ouvrable. Elle est sans doute nourrie, logée et blanchie, mais elle n'a aucun espoir de faire des économies et ainsi de se constituer une dot et d'améliorer sa condition. Pour rehausser sa situation, il ne lui reste guère que la prostitution : en 1448, une "passe" coute 4 sols, ce qui en fait un luxe qu'un client de petit état ne peut s'offrir tous les jours. Mais la tenancière des étuves où se déroule l'acte en prélève une part importante et il est difficile d'évaluer ce qui reste alors vraiment à la "travailleuse".

Les officiers.

Les titulaires d'offices, de charges royales ou ducales sont rémunérés asez diversement. Certains recoivent un pourcentage prélevé sur les amendes ou impots qu'ils font rentrer dans les caisses de leur maître, d'autres sont récompensés de leurs services par l'octroi des revenus d'un domaine, d'autres sont "gagés" et touchent une somme calculée à l'année, versée en général en deux fois, à la Saint Jean Baptiste et a Noël. Ces différents modes de rémunération sont le plus souvent combinés. Ils se retrouvent dans les divers duchés indépendants (Bourbonnais, Bretagne, Bourgogne) mais aussi dans le royaume de France. Les gages peuvent en revanche énormément varier d'une administration à l'autre et ce pour des fonctions équivalentes.
Pour un "technocrate", deux filières sont possibles, la justice et les finances, la seconde étant largement la plus rentable tant le souci d'avoir une administration fiscale efficace est devenu une priorité des "grands". Naturellement, une hiérarchie très nette s'établit entre les offices.
En Bourbonnais, celui-ci va du chancelier (la plus haute fonction judiciaire du duché), qui recoit 600 livres tournois par an, jusqu'au petit prévôt local qui touche 3 livres 15 sols par an, en passant par le sénéchal, deuxième officier de justice après le chancelier qui est gratifié de 500 livres par an.
En Bourgogne, le grand chancelier touche lui 2920 livres de pension auxquelles s'ajoutent 1000 livres d'émoluments pour la garde du sceau.
En Bretagne, le trésorier général du duché touche 500 livres bretonnes par an (soit 600 livres tournois) exactement le double de son collègue bourbonnais pour la même fonction.
Du coté de l'administration royale, le premier président de la Chambre des Comptes de Paris reçoit 1000 livres parisis par an (soit 1250 livres tournois).
Pour les officiers chargés de responsabilités locales, les salaires sont un peu moins élevés. Les receveurs locaux, qui collectent les impots ont droit à 25 livres par an. Un capitaine-châtelain (appelé bailli en France), chargé de veiller sur un territoire couvrant d'une dizaine à une cinquantaine de paroisses et y assurant des fonctions militaires et judiciaires, touche également en moyenne 25 livres par an. Suivent ensuite les officiers subalternes et les emplois liés à l'administration locale : prévôts, viguiers, sergents, tabellions, clercs, trompettes... qui sont, "gracieusement" et en général en retard, dotés de 3 à 5 livres par an. Heureusement, de nombreuses gratifications spéciales et des avantages en nature permettent de compenser la modicité de ces gages, comme par exemple "le droit de robe" de 12 livres 10 sols que touchent les clercs de la chambre des comptes, qui n'ont pas droit, comme les serviteurs de la maison du Duc de Bourbon, à la perception d'une livrée annuelle.

Les souldoyers.

Les sources sont nombreuses, car les militaires ne manquent jamais de réclamer leur solde. Voici donc quelques références de salaires, redevances et gratifications diverses entre 1435 et 1460 :

Du coté français
Gentilhomme à cheval, accompagné d'un second cavalier et d'un archer : 19 livres 15 sols 10 deniers par mois.
Capitaine : 15 livres par mois.
Homme d'arme à cheval : 10 livres par mois.
Vougier : 6 livres par mois.
Archer : 5 livres par mois.
Franc-archer : 4 livres par mois.

Du coté godon
Les Anglais en occupation en France recoivent leur solde soit en monnaie anglaise soit en monnaie francaise. A noter qu'il faut 6,8 livres tournois pour faire une livre esterlin.

Chevalier banneret : 4 livres 10 sols esterlins par mois, soit à peu près 20 livres 10 sols tournois.
Chevalier : 3 livres esterlins par jour, soit à peu près 20 livres tournois.
Homme d'arme à cheval : 1 livre 10 sols esterlins par mois, soit à peu près de 10 livres tournois.
Archer : 15 sols esterlins par mois, soit à peu près 5 livres tournois.

Pendant l'occupation anglaise en Normandie, une prime de 6 livres tournois est attribuée à qui permet l'arrestation d'un brigand, c'est à dire d'un partisan du roi de France. Cette somme est donc équivalente à plus d'un mois de samaire d'un archer.



Trésorier de la Chambre des Comptes de Rouen

Salaire annuel : 312 livres
salaire hebdomadaire : 6 livres
pièces reçues par semaine : 6 écus

Capitaine de compagnie d'ordonnance du Roy de France

Salaire annuel : 208 livres
salaire hebdomadaire : 4 livres
pièces reçues par semaine : 2 écus

Homme d'arme à cheval

Salaire annuel : 106 livres 3 sols 4 deniers
salaire hebdomadaire : 2 livres 10 deniers
pièces reçues par semaine : 4 demi écus 2 demi blancs

Vougier

Salaire annuel : 78 livres
salaire hebdomadaire : 1 livre 10 sols
pièces reçues par semaine : 2 demi écus 4 gros

Franc archer

Salaire annuel : 52 livres 2 sols 2 deniers
salaire hebdomadaire : 1 livre 1 maille
pièces reçues par semaine : 1 demi écu 4 gros 1 maille

Riche négociant

Salaire annuel : 156 livres
salaire hebdomadaire : 3 livres
pièces reçues par semaine : 6 demi écus

Tenancière d'étuves

Salaire annuel : 86 livres 17 sols 8 deniers
salaire hebdomadaire : 1 livre 13 sols 5 deniers
pièces reçues par semaine : 1 écu 1 demi écu 1 gros 1 blanc 2 mailles

Maître artisan

Salaire annuel : 78 livres
salaire hebdomadaire : 1 livre 10 sols
pièces reçues par semaine : 2 demi écus 4 gros

Petit artisan

Salaire annuel : 46 livres 16 sols
salaire hebdomadaire : 18 sols
pièces reçues par semaine : 1 demi écu 3 gros 1 demi blanc 1 denier

Manoeuvre

Salaire annuel : 39 livres
salaire hebdomadaire : 15 sols
pièces reçues par semaine : 6 gros

Paysan aisé

Salaire annuel : 39 livres
salaire hebdomadaire : 15 sols
pièces reçues par semaine : 6 gros

Paysan pauvre

Salaire annuel : 13 livres
salaire hebdomadaire : 5 sols
pièces reçues par semaine : 6 blancs

Servante d'auberge


Salaire annuel : 2 livres 12 sols
salaire hebdomadaire : 12 deniers
pièces reçues par semaine : 6 doubles

Pour ceux qui veulent approfondir le sujet voici le mémoire de Benoît Santiano : Les problèmes monétaires au Moyen Âge

-= Source =-

Leodium
Wikipedia
Benoit Santiano

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.leboeufliegeois.com
Morigane
prédicateur/trice
avatar

Nombre de messages : 656
Age : 39
Localisation : Arlon
Date d'inscription : 17/03/2007

MessageSujet: Re: L'argent au moyen age   Mar 21 Aoû - 14:10

Merci le Boeuf pour ces infos très pratiques.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lightsofthedarkages.org
Le Boeuf Liégeois
prédicateur/trice
avatar

Nombre de messages : 758
Age : 32
Localisation : Namur
Date d'inscription : 22/03/2007

MessageSujet: Re: L'argent au moyen age   Mar 21 Aoû - 14:23

Mais derien.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.leboeufliegeois.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'argent au moyen age   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'argent au moyen age
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [linkbucks]GAGNEZ DE L'ARGENT EN DISTRIBUANT DES LIENS§§
» Qu'est-ce qui marque le passage du Moyen Age aux temps modernes ?
» je lis, tu lis, nous lisons... l'Argent!!
» l'eglise trouve ou l'argent ?
» Statistiques cumul de neige moyen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Divers :: histoire et documentation :: vie quotidienne et société-
Sauter vers: